Quel traitement contre la pré-éclampsie?

Il n’existe pas de traitement pour « guérir » la pré-éclampsie. La seule solution pour arrêter la pré-éclampsie est d’accoucher pour retirer le placenta, source de la maladie.

Si l’état de la maman le permet, un traitement de l’hypertension est mis en place, ainsi qu’une surveillance médicale, pour s’assurer qu’aucune complication n’apparaisse (convulsions, HELLP), et attendre un terme plus propice au bébé. Dans les formes graves, un traitement par sulfate de magnésium est proposé pour diminuer les risques de crises d’éclampsie.

 

Avant 34 semaines d’aménorrhée, une cure de corticoïdes est proposée pour activer la maturation des poumons du bébé et diminuer les risques de complications en cas d‘accouchement.

 

Lorsque la pré-éclampsie survient très précocement, avant 30 SA, le sulfate de magnésium permet aussi de diminuer la survenue de complication neurologiques qui peuvent survenir quelques jours après la naissance. Dans certains cas, des complications peuvent surgir et obliger les médecins à recommander un accouchement rapide, voire en urgence, pour sauver la maman.