Quels sont les risques de santé à plus long-terme pour les femmes touchées par la prééclampsie?

Les femmes atteintes de prééclampsie ont trois à quatre fois plus de risques d'hypertension artérielle et voient le risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral doubler par rapport à celles qui n’ont pas été touchées. Elles ont également un risque accru de développer un diabète.

Chez les femmes qui ont eu une prééclampsie et ont accouché prématurément, ou de bébés de faible poids à la naissance ou chez celles qui ont souffert de prééclampsie sévère plus d'une fois, ce risque de maladie cardiaque est plus élevé.

Bien que l'on ignore encore si le risque est lié à la prééclampsie ou si la femme était déjà prédisposée, ces risques peuvent se réaliser plusieurs années après la grossesse compliquée, et quelquefois plus tard, à la ménopause. Bien que cela puisse sembler décourageant (car les problèmes semblent s’accumuler), il faut le prendre comme un avertissement, plus que comme une condamnation. Il existe en effet de nombreuses façons pour les femmes de protéger leur santé cardiaque, que nous expliquons ci-dessous.

 

Les maladies cardiovasculaires peuvent mettre des années à se développer et vous pouvez agir et prendre des mesures préventives dès maintenant, qui auront un impact sur votre santé aujourd'hui et dans le futur.

  • Parlez à votre médecin de vos antécédents de grossesse, en particulier si :

    • Vous avez eu une prééclampsie (ou une pression artérielle élevée) au cours d'une de vos grossesses et combien de vos grossesses ont été touchées,

    • Vous avez eu un diabète gestationnel dans l'une de vos grossesses, ce qui augmente le risque de diabète plus tard dans la vie;

    • Si tous vos bébés sont nés plus de quatre semaines avant votre date prévue d’accouchement,

    • Si l’un de vos bébés pesait moins de 2,5 kg à la naissance.

    • Si vous avez des antécédents familiaux d'hypertension artérielle ou de maladie cardiovasculaire

=> Votre médecin pourra alors mettre en suivi le suivi médical qu’il juge approprié, en surveillant au moins une fois par an votre poids, votre pression artérielle, votre glycémie et votre concentration de cholestérol.

  • Adoptez un mode de vie le plus sain possible. Les recommandations de la Fédération Française de Cardiologie sont les suivantes :

    • Faites une activité physique adéquate, comme 30 minutes de marche cinq fois par semaine (et pas besoin de faire les 30 min d’un seul coup) et des exercices de renforcement musculaire deux fois ou plus par semaine. Faites quelque chose d'amusant pour garder la motivation. Bouger et courir avec ses enfants peut en faire partie!…

    • Mangez sainement. Il est prouvé qu’une alimentation variée et équilibrée, donc riche en fibres, en légumes et en fruits, et pauvre en graisses, aide à baisser la tension artérielle. Même si vous n'avez pas d'hypertension artérielle, une alimentation équilibrée vous aidera à avoir un poids stable, un IMC (Indice de Masse Corporelle est égal à votre poids divisé par votre taille au carré) plus favorable (entre 18,5 et 25), et ainsi prévenir ou retarder une hypertension artérielle à l'avenir. Evitez le surpoids: un IMC supérieur à 25 peut augmenter votre risque de maladie cardiovasculaire. N’hésitez pas à demander des conseils à votre médecin (coordonnées diététiciens, associations, site www.mangerbouger.fr, service de nutrition à l’hôpital).

    • Ayez aussi une consommation raisonnable de caféine/théine, d’alcool, de sel et évitez la réglisse pour aider à abaisser la pression artérielle. 

    • Ne fumez pas, et évitez le tabagisme passif (respirer la fumée des autres). Le tabac augmente la tension artérielle et endommage les vaisseaux sanguins.

    • Combattez le stress en pratiquant la relaxation, le yoga, ou tout simplement en apprenant à mieux respirer : dès que vous en ressentez le besoin, faites de longues inspirations (5 secondes) et expirations (5 secondes) sur plusieurs minutes. Ne pensez qu’à votre souffle quand vous le faites, pour chasser les pensées sources de stress. L’application Respirerelax, téléchargeable gratuitement, peut vous aider.

© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie