La tragédie de la pré-éclampsie grave et précoce

Il y a quelques jours, nous avons reçu ce témoignage poignant de Vanessa qui a affronté une prééclampsie très grave (compliquée d'un syndrome HELLP) et très précoce (très rare mais cela arrive...), et a perdu sa petite Abigail il y a un an. En ce jour d'anniversaire très triste, nous leur envoyons nos plus douces pensées.

"Bonjour, voici mon histoire de la prééclampsie, il y a aujourd'hui 1 an 😞, 1 an que notre Petite Abigail est née, et est décédée 5h après accouchement. Depuis le début de grossesse, j'avais beaucoup de fatigue. Je vivais un pure bonheur, nous allions enfin être parents donc je m'efforçais de croire que tout allait bien. J'ai mis mes symptômes sur le compte de mon travail fatiguant (je travaillais en restauration rapide), mais à 20SA, trop de fatigue, palpitations, œdèmes, tension 14/9, je n'en pouvais plus, je démissionne. Pendant 2 semaines, j'étais heureuse, je vivais pleinement ma grossesse. A 22SA, je me lève, enflée de partout, je prenais 1 kilo par jour !!! Affolée, je vais aux urgences : après analyse, présence de protéine dans les urines et 18 de tension. "Madame vous allez rester jusqu'à l'accouchement." Moi, affolée, crise d'angoisse, de pleurs, je répond "Mais comment je vais tenir 4 mois encore?", et là on me répond qu'il ne me reste pas 4 mois, l'enfer commence, on me prépare en salle d'accouchement, je supplie de ne pas faire ça, d'attendre. Je suis resté stable malgré mon état grave et j'ai tenu jusqu'à 24sa+3 mais ce jour là, douleur terrible à la poitrine, tension 21/10, je commence à avoir très peur. Bébé va bien mais pas assez grosse pour survivre, mais là, on ne me laisse pas le choix, on m'emmène au bloc a 14h pour une césarienne en urgence, j'avais eu les injections depuis la première semaine d'hospitalisation pour faire mûrir les poumons d'Abi, pour lui offrir toutes ses chances. C'est la raison pour laquelle malgré ses 470g 😞 elle est née vivante et a survécu jusqu'à ce que je me réveille, je l'ai tenue dans mes bras, contemplée, papa l'a admirée pareil, mais elle nous a quittés sans douleur (ce que les gynéco nous ont dit) à 19h ... On a sombré dans les pleurs et le chagrin, on a toujours mal, elle nous manque terriblement. Mais on est forts et soudés pour elle. J'ai fait les analyses de néphrologie et un anticorps a été trouvé au bout de la 2eme analyse (comme quoi il faut toujours chercher malgré tout) et pour une prochaine grossesse, ce sera aspirine avant conception et durant la grossesse pour éviter que le sang ne coagule trop et que le placenta se place bien dès le début de grossesse, pour que les artères se connectent bien. Car ce n'était pas le cas pour cette grossesse.

Voilà notre malheureuse histoire , mais de lire que d'autres vivent la même chose et tiennent le coup aide les autres, on doit se soutenir, et de voir que certains bébés vont bien, sont en merveilleuse santé nous remplit le cœur de joie. On garde foi qu'un jour on aura notre amour dans nos bras. On attend encore un peu, on n'est pas prêts..

Force à mon conjoint, un homme fort et formidable, j'ai eu de la peine de le voir souffrir mais on a l'impression que notre amour s'est soudé, on a un ange en commun, un lien unique.

Papa et Maman t'aiment Abigail."

#preeclampsie #hellpsyndrome #eclampsie #deuilperinatal

#grossessesante

© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie