"Je suis envahie par le souvenir de mon accouchement. Comment ne pas se repasser le film ?"

Après avoir expliqué le traumatisme de l’accouchement pour les femmes ayant subi une prééclampsie et donné quelques clés pour oser parler de la souffrance qui en découle, Fabienne Cautru, psychologue clinicienne à la Maternité Cochin-Port Royal à Paris, continue de nous apporter des éléments de réponse sur des phénomènes douloureux qui ont marqué les mamans. Aujourd’hui, nous parlerons des « flashs back » incessants qui replongent constamment les mamans dans le moment douloureux de l’accouchement et semblent les empêcher de s’en détacher.

Les mamans disent souvent qu’elles se « repassent le film de leur accouchement sans arrêt ». Elles sont comme hantées par des images douloureuses qui surgissent de manière imprévisible et répétée. Ces hallucinations visuelles, perçues comme très intrusives, sont source de grandes souffrances pour les mamans car elles sont amenées à revivre des émotions négatives intenses (peur, effroi, culpabilité, etc.). Ce phénomène pénible, appelé syndrome de répétition, est un critère de diagnostic du trouble Stress post traumatique. Il peut être très fréquent : une image traumatique s’est installée dans l’appareil psychique et elle va réapparaître à la conscience sous forme de cauchemars la nuit, ou de reviviscences (le film) le jour.

Des études récentes de l’INSERM ont montré qu’il s’agit d’un dysfonctionnement des mécanismes cérébraux liés à la mémoire traumatique, qui agit à la manière d’un disque rayé, jouant en boucle les mêmes fragments de souvenirs. Ce syndrome de répétition pourrait constituer un effort du psychisme pour retrouver une certaine maîtrise d’un évènement dénué de sens, et qui l’a débordé. En ce sens, on pourrait concevoir qu’il aurait une fonction d’amorce de guérison.

C’est pourquoi, il est sûrement vain et inutile de tenter de faire disparaître ces « flashs back ». En revanche, on peut tenter d’atténuer la nocivité de la résurgence de ces mauvais souvenirs en en parlant. Il appartient à chaque maman de se réapproprier l’évènement traumatique au moyen de la parole, de leur parole car seule celle-ci est vraie. Le thérapeute est là pour les aider à verbaliser leur lourd vécu et leur ressenti… et permettre de dépasser les images traumatiques, répétitives et figées. Progressivement, le trauma sera compris et intégré avec plus d’apaisement à l’histoire personnelle de chacune.



#laPreeclampsieParlonsEn

#preeclampsie #prema #hellpsyndrome #mumsupportingmums #grossesse #grossessesante #hrp #motherhood #truestory #reallife #realmotherhood #maternitesansfiltre #accouchement #womenempowerment #mumlife #mum #womenarestrong #prematurite #mamanwarrior #grossessedapres #monpostpartum

#preeclampsie #eclampsie #hellpsyndrome #prema #bebepremature #neonat #minibebe #bebepoidsplume #accouchementenurgence #cesariennedurgence #cesarienne #superbebe #maman #mamanwarrior #jeunemaman #mamanetbebe #grossesse #grossessearisque #complicationsgrossesse #grossessecompliquée #grossessesurveillee #proteinurie #hypertensiongrossesse #deuilperinatal #traumatisme #accouchementtraumatisant #grossessesante #temoignage #truestory #vraievie #grossessedapres



© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie