Pré-éclampsie avec HELLP syndrome : manque d'écoute (Sania)

10 décembre 2021


Aujourd’hui le témoignage de Sania nous montre à quel point il est important pendant une grossesse d’être entourée de professionnels de santé à l’écoute et bien formés mais aussi être à l’écoute de son propre corps. Sania a su réagir au bon moment pour sa pré-éclampsie compliquée d’un HELLP syndrome à sa 3ème grossesse. Elle mentionne aussi ce sentiment de culpabilité que nous avons pour la plupart ressenti. Vous n’êtes en aucun cas responsable ! La seule chose qui est en votre pouvoir est de savoir reconnaître les signes, mais encore faut-il que vous soyez bien informées… Nous continuons le combat pour vous toutes et les futures mamans ! #mamanslionnes


« J'ai accouché il y a 2 ans jour pour jour [25 juillet]. Le mot est fort mais j'ai pris perpétuité… Je pense tous les jours à cet accouchement. J'ai pourtant eu un quatrième bébé pour qui tout s'est bien passé mais cela ne m'a pas soignée comme j'aurais pu le penser. Je connaissais la pré-éclampsie, de nom, mais pas en détails. J'avais lu que cela pouvait arriver pour une première grossesse. Moi, cela m’est arrivé à la troisième grossesse, avec le même papa.

Je fais le suivi avec une sage-femme qui pratique l'accompagnement global dans une clinique. Arrivée à 35SA, je commence à avoir de fortes migraines, je fais de la rétention d'eau que je n'ai jamais eue pour mes deux premières grossesses et j'ai surtout des acouphènes. Je m'en plains à la sage-femme qui me dit que ma tension est bonne. Je repars chez moi.

Quelques jours plus tard, j'ai rendez-vous avec une anesthésiste qui prend ma tension et s'inquiète car elle la trouve élevée. J'appelle la sage-femme qui me dit que je dramatise et que non, je n'ai pas de tension.

Je passe une semaine horrible et je décide de faire la prise de sang mensuelle avec un mois d'avance et je vais voir ma sage-femme de ville qui me fait de l'acupuncture. Elle prend ma pression artérielle, me dit qu'elle est élevée et me demande d'aller aux urgences.

Ma sage-femme de la clinique fait un monitoring et une prise de tension qui est bonne, encore une fois… Prise de sang et analyse d’urines faites, elle me dit de revenir le lendemain, que mes résultats ne sont pas bons mais ma tension est bonne. Elle m’annonce que je serai déclenchée le lendemain…

Après une séance d’acupuncture, le travail commence dans la nuit. Arrivée à la clinique, le col était dilaté à 8. J'ai très mal à la tête et une énorme douleur au ventre… On ne m'écoute pas… Je demande la péridurale qu'on me refuse car mon projet de naissance était d'accoucher sans – comme pour mes précédentes grossesses. L'anesthésiste me dit alors : "De toutes façons, vous êtes grosse et arrêtez de crier comme une poissonnière, je ne vais pas vous la faire la péridurale ! " et il part. Personne ne réagit… La sage-femme ne dit rien… Je demande le masque [oxygène] qu'on me donnera mais quasi vide. Rapidement cela ne fonctionne plus. Je demande à en avoir un autre et on me rit au nez ! On me met le bon brassard parce que je suis obèse (le brassard pour prendre la pression artérielle était trop petit…je leur disais mais elles n’écoutaient pas...) et là le gynécologue rentre dans la pièce me dit que je dois accoucher maintenant. Je sens que mon bébé arrive, la poche des eaux explose. Il arrive sans que je n’ai à pousser. Le gynécologue et la sage-femme me mettent des produits dans la perfusion pour faire baisser ma tension. Là c'est le trou noir. Je n'arrive pas à voir bébé. J'ai mal et froid, je tremble.

Ce que j'apprendrai plus tard c'est que je faisais une pré-éclampsie avec un HELLP syndrome.

La sage-femme me dit en rigolant que je suis passée à côté du pire, que mes examens étaient mauvais.

48 heures après l'accouchement, la tension était toujours élevée. Elle mettra plus d'un mois et demi à baisser avec du Loxen®. Si je ne m’étais pas écoutée et que je n'avais pas fait ces examens en avance, si je n’avais pas accouché dans la nuit, il y aurait pu y avoir un drame. J'en ai parlé avec la sage-femme un mois après. Elle m’a dit : "Vous étiez à 37SA, vous n’avez pas de quoi vous plaindre. "

J'apprendrai par la suite que des informations ont été omises dans mon dossier…

J'étais en surpoids pour mon premier et, pour mon deuxième, j'étais en obésité dite massive.

Pour la quatrième grossesse, j’ai changé de maternité et ai été suivie à Toulouse à l'hôpital Paul de Viguier. Ils ont eu du mal à récupérer mon dossier, même moi la clinique ne répondait pas à mes demandes. C’est là qu’ils ont vu que beaucoup d’éléments que j’avais mentionnés ne se trouvaient pas dans mon dossier ou étaient incorrects, comme les dernières prises de sang qui prouvaient que je faisais un HELLP syndrome, et concernant le terme de mon fils.

Le 25 juillet 2019 fut le pire jour de ma vie et je m'en veux.


J’ai été énormément suivie pour cette quatrième grossesse. Je n’ai pas fait de récidive et j'avais une consultation avec une sage-femme toutes les semaines et une échographie tous les mois. J'ai perdu les eaux à 35SA et j'ai été déclenchée à 37SA, ce qui m'a rassuré. »


#lapreeclampsieparlonsen #ensemblecontrelapreeclampsie #preeclampsie #hellpsyndrome #grossessedapres




0 commentaire