Témoignage sur la prééclampsie (Morgane) : HELLP syndrom post-accouchement

08 janvier 2021


Nous partageons aujourd’hui le témoignage de Morgane qui a subi une prééclampsie à 37SA+3 compliquée d’un HELLP syndrom post-accouchement. « Heureusement » elle s’était rendue à la maternité ayant perdu les eaux et la prise en charge a pu être faite à temps. Le HELLP a été diagnostiqué 24h après l’accouchement. Un mois et demi après, elle était encore sous traitement pour stabiliser la tension. Nous souhaitons à Morgane un bon rétablissement.


« Aujourd’hui c’est moi qui vais vous raconter mon accouchement, parce que finalement je trouve énormément de réconfort en lisant les différents témoignages. Alors si le mien peut également aider...


Finalement après une grossesse paisible hormis des contractions précoces au 4ème mois, l’histoire débute à 37SA+3, premier bébé, super la période de prématurité est finie, je peux vivre cette fin de grossesse sereinement ! J’ai justement aujourd’hui mon rdv de contrôle chez le gynécologue. Selon lui le bébé est très haut, et mon col est long et fermé. Le travail ne se fera pas dans les jours à venir.


Ma tension quant à elle est anormalement haute, mais pour lui ce n’est pas alarmant. Je pense également à lui parler de ma rétention d’eau, il faut avouer que je n’en dors plus, tellement je souffre, je gonfle...je grossis... mais selon lui cela arrive à toutes les femmes enceintes. Encore rien d’alarmant ! Bébé légèrement en-dessous de la courbe de poids. Mais comme vous vous en doutez encore, rien d’alarmant ! Nous partons du rendez-vous finalement sans se douter que quelques heures après je vais perdre les eaux, sans se douter non plus que cette perte des eaux vient de nous - mon bébé et moi - sauver la vie...


Nous nous rendons donc à la maternité, c’est à ce moment-là qu’ils se rendent compte que ma tension est anormalement haute, j’ai également des protéines dans les urines...et la prise de sang n’est pas bonne. Le verdict tombe : pré-éclampsie. Alors que je n’ai encore aucune contraction, je passe directement en salle de travail. Le travail va être accéléré. Je dois accoucher dans les quatre heures sinon il me faudra une césarienne.


Alors avec une perfusion à gauche pour ma tension et d’ocytocine pour accélérer le travail, puis à mon bras droit le tensiomètre, je réussis finalement à accoucher par voie basse à temps. Court mais intense ! L’accouchement pour eux guérit la pré-éclampsie. Nous sommes donc sauvés ! Petit bébé de 2,3kg et 45cm... mais en bonne santé !!


Je passerais 24h à essayer de profiter de bébé. Mais je souffre, je suis fatiguée... Mais après tout c’est normal je viens d’accoucher, non ? J’ai cette barre épigastrique qui m’empêche de me lever. Pour moi, c’était mes organes qui petit à petit se remettaient en place à la suite de l’accouchement... C’était donc normal. D’ailleurs, le personnel médical ne s’inquiétait pas.

Après plusieurs heures, mon compagnon décide d’appuyer sur le fameux bouton d’aide pour que quelqu’un vienne me soulager. Il le voit, je souffre énormément... La sage-femme se décide à me faire une prise de sang. Quelques minutes plus tard, deux sages-femmes et deux gynécologues rentrent dans la chambre... Le verdict tombe : HELLP syndrom. Je dois être transférée dans un autre établissement en service de réanimation, mes plaquettes sont au plus bas et mon foie ne va vraiment pas bien.

L’ambulance est déjà prête. Je me souviendrai d’ailleurs de cette femme infecte qui me tire par ma perfusion pour que je me dépêche à monter sur le brancard presque nue... Impossible de dire au revoir à ma fille...

Pourtant je passerai trois jours en service de réanimation. Avec les règles Covid, impossible d’avoir des visites... Le personnel de cet établissement sera vraiment aux petits soins avec moi... Je crois que j’étais tellement faible que je ne me suis pas rendu compte de mon état physique et psychologique. J’étais pourtant méconnaissable, gonflée et les bras couverts d’hématomes à cause des six prises de sang quotidiennes.

Impossible de bouger avec la perfusion et le tensiomètre de l’enfer...toutes les 5min... Mon bébé et mon compagnon seront ensuite transférés dans le même établissement en service maternité à ma sortie de réanimation. Nous nous retrouvons enfin tous les trois en service maternité. Nous y resterons ensuite plus d’une semaine, dans notre bulle.

Toujours le même protocole, prise de sang trois fois par jour, prise de tension intensive, piqûre quotidienne, protéinurie des 24h etc. Pendant cette période pourtant j’apprends alors à connaître et surtout à apprendre à m’occuper de mon bébé, mais il faut l’avouer je suis encore trop faible pour le porter ou changer les couches...

D’ailleurs je ne serais capable de le porter que 3 semaines après mon accouchement. Aujourd’hui [31 juillet 2020], mon bébé a un mois et demi et je suis toujours sous traitement pour la tension, et j’ai une piqûre quotidienne. D’ailleurs je viens juste d’apprendre que je fais une réaction à ces piqûres, mes plaquettes rechutent une nouvelle fois... Comme quoi même après un mois et demi ce n’est pas encore fini... Mais en fait, c’est quand la fin ?

Et puis pourquoi mon gynécologue ne m’a pas mise en garde de la pré-éclampsie ? Et du HELLP syndrom ensuite ? Une désinformation ? Et puis cette question en tête, pourra-t-on avoir un deuxième enfant ? Est-ce que le risque pour lui et pour moi est trop important ? J’ai eu de la chance une fois, mais finalement une deuxième fois c’est quand même beaucoup demandé... Il faut l’avouer, pour le moment j’ai de la rancœur lorsque je parle à une femme enceinte, comme si on m’avait volé à moi un moment si précieux, un loupé. Parce que j’aurai aimé vivre les plus beaux jours de ma vie ces jours-là... »


#laPreeclampsieParlonsEn


#preeclampsie #hellpsyndrome #hellp #hellpsyndrom #prema #bebepremature

#neonat #maman #bebepoidsplume #accouchementenurgence #cesariennedurgence #cesarienne #superbebe #monpostpartum #mamanwarrior #mamanetbebe #grossessearisque #complicationsgrossesse #grossessecompliquée #proteinurie #hypertensiongrossesse #deuilperinatal #traumatisme #accouchementtraumatisant #grossessesante #temoignage #histoirevraie #truestory #reallife #vraievie #premature




0 commentaire