"Il faut toujours garder espoir, la vie nous prend beaucoup mais nous donne beaucoup aussi."

"J'ai hésité longtemps avant de vous écrire, mais voilà mon histoire, ou plutôt notre histoire : la veille de la fête des pères, j'ai fait un test de grossesse et j'ai découvert que je suis enceinte de notre premier bébé! J'ai gardé le secret pour faire la surprise à mon mari, sa première fête des pères. On a passé une journée formidable, pleine de larmes de bonheur : on allait être parents et notre vie allait changer à jamais.

A 12 SA, un matin, je me réveille avec des saignements. Heureusement, ma gyneco est dans mon immeuble, je descends la voir. Elle me fait en urgence une échographie qui révèle un décollement, elle me dit qu'il faut y aller doucement et le saignement s'est arrêté le jour même et après un contrôle, 15j après c'est presque disparu.

Très fatiguée mais heureuse de chaque jour qui passe sans soucis, je commence à la sentir bouger et papa aussi. Je commence à avoir aussi des douleurs au ventre, mais avec mon mari on se dit que c'est la grossesse, c'est normal, des douleurs de tête, je me dis "normal je ne dors pas assez" mais à l'écho morpho, on me dit que bébé a 2 semaines de retard de croissance. On me prend ma tension 13 9 donc on ne s'affole pas trop, mais il faut voir la gyneco pour faire des analyses. Je vais la voir, on fait les analyses, ça ne l'affole pas plus que ça, mais elle me dit on contrôle avec écho 15j après et aussi une autre analyse d'urines.

Entre temps, avec mon mari, on est parti 10 jours au Maroc. Dès l'atterrissage, mes genoux ont triplé de taille et en une semaine, j'ai pris 15kg. On est allé chez un médecin qui m'a conseillé de rentrer en urgence en France ce qu'on a fait. Arrivée à l'aéroport, une ambulance m'attendait direction les urgences. On m'a mis un médicament pour la tension et on m'a fait une analyse d'urine et écho. Après 3j, vu que mon état s'est stabilisé, on m'a sortie retour à la maison.

Le lendemain je me réveille avec 17 10 de tension malgré le traitement. On y retourne et là on m'hospitalise direction service Grossesse patho puis 2j après nephro. C'est là enfin qu'on m'explique ce qui m'arrive. On commence à parler d' eclampsie précoce et sévère, que c'est rare, bébé à un retard de croissance, possibilité de césarienne en urgence, pas de traitement à part l'accouchement pour cette maladie. Tellement d'informations que notre cerveau est incapable d'assimiler. Même pas 2 jours en nephro que je passe en réanimation néphro : le tableau s'aggrave et ma vie est en jeu. On me dit qu'il reste peu de temps pour agir, le bébé ne s'en sortira pas mais moi il est encore temps de me sauver.

Tous mes rêves, mes projets sont tombés à l'eau, je ne voyais plus rien, je ne comprenais plus rien, tellement de médecins qui rentraient et sortaient sans que je comprenne ce qui m'arrivait. C'etait encore trop tôt pour Aïcha 25 Sa avec un retard de croissance c'était impossible. On s'est dit adieu avec mon mari et direction le bloc pour une césarienne en urgence, et là un miracle : tout le monde au bloc était content Aïcha a respiré seule et a émis un cri, ce n'était pas des pleurs mais un cri, direction la réa neonat avec papa, 4j en réanimation pour moi sans pouvoir la voir et mon mari qui court entre réa neonat et réa nephro en me ramenant des photos de notre bébé.

Dès ma sortie de la nephro, on m'a transférée à la maternité et j'ai eu enfin la possibilité de la voir. Elle n'attendait que ça, que je puisse venir lui dire bonjour et adieu en même temps. Elle nous a quittés en nous laissant perdus son père et moi, notre vie s'est mise en pause. Tous les parents qui ont vécu ça comprendront comme c'est dur d'aller contre nature, on n'est pas censé enterrer nos enfants avant nous. Mais la vie a choisi pour nous et on a subi. Il ne faut jamais perdre espoir, on est fort, l'être humain est fort, et on arrive à tenir le coup, et on avance chacun à son rythme mais on avance. Croyez en vous et croyez en la force que vos bébés ou vos anges vous donnent. On t'aime fort, Aïcha, merci pour ce que tu nous a offert merci pour ce qu'on est devenu grâce à toi.

Nous sommes maintenant une famille heureuse avec deux autres enfants, 3 ans aujourd'hui même pour ma dernière et 5 ans pour mon bébé espoir. La récidive était là mais avec la surveillance tous les 15j (soit rdv gynéco ou échographie), des analyses toutes les semaines et le traitement dès le début de grossesse, on a pu contrôler la situation. Ce n'était jamais sans stress mais

."

#preeclampsie #deuilperinatal #prema #eclampsie #hellpsyndrome #grossessesante

© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie