"La prééclampsie, parlons-en" : 70% des femmes n’ont jamais entendu parler des signes précurseurs.

Vendredi, c’est la journée mondiale contre la prééclampsie. Nous en profitons pour partager les résultats de l’enquête que vous aviez remplie il y a quelques semaines. Vous verrez les chiffres sont ahurissants! Nous avons partagé ces chiffres avec les journalistes que nous connaissons. Et on croise les doigts pour un relai média (car la prééclampsie ne s’arrête pas, elle, à cause du Covid…)

Le manque d’information sur la prééclampsie est criant : 85% des femmes jugent le niveau d’information avant leur prééclampsie insuffisant ou très insuffisant, 70% ne connaissaient pas ses signes précurseurs quand elles y ont été confrontées. Or ce syndrome requiert une prise en charge précoce, tout retard au diagnostic et à la prise en charge faisant courir un risque à la santé de la mère et/ou à l’enfant. Or près des 2 tiers déclarent ne pas avoir identifié ces signes précurseurs à l’époque, justement par manque d’information.

Même après la première évocation des signes précurseurs avec le médecin et la sage-femme, le déficit d’information persiste : seulement une femme sur 2 a le souvenir d’avoir entendu parler de ce qu’il fallait surveiller. Et on leur parle toujours très peu du syndrome lui-même, dans seulement 30% des cas, sans doute pour ne pas les effrayer.

Il faut arrêter de tenir les femmes enceintes dans l’ignorance de ce type de risque, sous prétexte qu’elles seraient stressées ou impressionnables : il en va de leur santé et de celle de leurs bébés. Et on ne peut pas uniquement compter sur un dépistage par le milieu médical puisque dans plus de la moitié des cas (55%), ce sont les femmes elles-mêmes ou leur entourage qui ont remarqué que « quelque chose n’allait pas », en dehors de tout contexte de consultation médicale.

Alors, que faire ? La prééclampsie, parlons-en ! Il faut informer les femmes enceintes sur la prééclampsie et surtout ses signes précurseurs. Merci de votre aide à faire partager l’info !!


#laPreeclampsieParlonsEn


#preeclampsie #hellpsyndrome #prema #bebepremature #neonat #maman #bebepoidsplume #accouchementenurgence #cesariennedurgence #cesarienne #superbebe #monpostpartum #mamanwarrior #mamanetbebe #grossessearisque #complicationsgrossesse #grossessecompliquée #proteinurie #hypertensiongrossesse #deuilperinatal #traumatisme #accouchementtraumatisant #grossessesante #temoignage #histoirevraie #truestory #reallife #vraievie #premature

© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie