Témoignage sur la pré-éclampsie : signes trompeurs

« Nous sommes au mois de novembre 2017, après 2 mois d'arrêt de mon contraceptif le test de grossesse est enfin positif !

Début de grossesse assez compliqué entre les vomissements, nausée, ma maladie de Crohn qui revient de plus belle, la fatigue... Arrivé vers mon 5ème mois tout commence à aller mieux, enfin... après m'avoir diagnostiqué un diabète gesta, qui m'amène à me piquer des doses d'insuline 3x/j. (il fallait bien rajouter quelque chose c'était si beau !)

La grossesse continue, les prises de sang se font, les échographies, les monitos et puis vient le début du 7ème mois... protéinuries légèrement au-dessus de la norme (rien d'inquiétant d'après les médecins) et des pieds et des jambes gonflés comme des poteaux ! (rien d'inquiétant non plus c'est normal, les joies de la grossesse on me disait...).

Puis vient ce 17 juin, douleurs atroces au ventre, je ne fais que vomir, j'ai passé la nuit sur les toilettes à vomir, je n'ai pas fermé l'œil ne serait-ce qu'une minute... Je prends ma tension, 18/9 je ne m'inquiète pas "sûrement l'appareil qui fonctionne mal, c'est impossible et puis je vomis c'est sûrement ça aussi". La nuit continue sur les toilettes, monsieur part à 5h du matin pour partir travailler à 3h de la maison je lui avais dit que ça allait, que j'avais sûrement la gastro ou mon Crohn qui me joue un tour. 6h du matin rien ne va, tête qui tourne, vomissement, faiblesse, je décide enfin d'appeler les pompiers. Ils m'envoient une ambulance qui met 1h à arriver. Une fois sur place, prise de tension avec deux appareils différents 18/6 de tension sur chaque appareil (même l'ambulancier au téléphone avec le médecin paniquait un peu...). On m'envoie directement au service des urgences maternité, je continue à vomir dans le camion, sinon ce n'est pas drôle. L'ambulancier me voyant stresser décide de me rassurer, de me changer les idées avec des blagues pourries et ça fonctionne le temps de la route.

Arrivée aux urgences 8h30, je continue de vomir, mon visage tout boursouflé dû à l'œdème (Oui oui. Mes yeux, mes joues et surtout mon nez gros comme une patate, pas belle à voir !), prise de tension un peu descendue mais reste toujours élevée à 16/4, prise de sang mauvaise et protéinurie à plus de 7g. Je suis donc directement transférée en chambre de surveillance et je resterai à l'hôpital encore 1 semaine en surveillance.

(monsieur est arrivé également quelques heures après)

Et puis vient le jour j, ce fameux 26 juin 2018…

Mon état s'aggrave, les vomissements recommencent, douleurs à l'estomac, du mal à respirer, ma tension augmente je dois partir en césarienne d'urgence, je ne flippe pas trop, car c'est un mal pour un bien et puis de toutes façons pas le choix ! J'appelle monsieur pour qu'il vienne de suite, il arrive et on descend. Je vomis toujours sur la table d'opération entre l'essai d'une pose de cathéter qui échoue 3x avant d'enfin réussir. Je ne pourrais vous expliquer le reste de mon accouchement, gros trou noir, je ne me souviens même plus entendre ma fille pleurer, juste une seule chose me revient, ce fameux "Aidez-moi à vomir s'il vous plaît ! Je vais vomir je vais vomir !" que je criais aux infirmières. Ensuite trou noir et quelques heures après la rencontre avec ma fille Jade 2,430kg pour 45cm, qui n'a eu besoin d'aller en couveuse que quelques heures juste pour être réchauffée ! (Dieu merci elle n'a rien !)

La première nuit se passe bien, je passe la moitié de la nuit à la regarder dormir…

Vers 8h, Papa arrive, on s'occupe de bébé, donne le biberon et l'on décide que ce soir, papa dort avec moi pour s'occuper de Jade car compliqué avec la césarienne. La journée passe, les visites se font puis vient le soir...

Alors que, Jade était blottie sur moi en peau à peau, je commence à me sentir mal. Je dis à monsieur de la prendre rapidement, je dois aller aux toilettes. Je recommence à vomir, J'appelle l'infirmière, je sens que quelque chose ne va pas, elle me donne un gaviscon pensant elle-même que c'est juste une irritation de l'estomac due à mes vomissements de la veille... Je commence à ressentir une barre à la poitrine, énormément de mal à respirer, je hurle "aidez-moi je n'arrive plus à respirer s'il vous plaît aidez-moi" on me donne des poches de glace, prise de sang en urgence (qui se trouve être très très mauvaise), tension qui remonte à 19/4, et moi, agonisant dans mon lit sous le regard de monsieur, perdu et avec ce sentiment d'impuissance. D’après monsieur (Oui encore des trous noirs), énormément de personnes sont entrées dans la chambre, m'ont mis des capteurs pour le cœur, tension prise toutes les 10 minutes, j'ai eu le droit à 3 doses de morphine + un mélange fait par l'anesthésiste et malgré ça je me levais encore pour vomir... je me suis sentie mourir !

Mon état s'est stabilisé dans la matinée, énormément d'examens ont suivi afin de vérifier si certains de mes organes comme le foie, les reins n'ont pas été trop abîmés.

Mon placenta avait libéré ses cochonneries dans mon sang, ce qui m'a provoqué le Hellp syndrome le lendemain de mon accouchement, les médecins pensaient m'envoyer en réanimation, mais mon état s'est stabilisé très rapidement grâce aux médicaments reçus.

Aujourd'hui je vais très bien, je suis une maman comblée par une petite fille de 13 mois en parfaite santé, je n'ai eu aucune séquelle sauf quelques hausses de tension mais peu fréquentes. »



#preeclampsie #eclampsie #hellpsyndrome #prema #grossesse #grossessesante #mumsupportingmums

© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie