Témoignage sur la prééclampsie

« Les risques de prééclampsie, on m'en a parlé a 4 mois et demi de grossesse. Ma gynéco m'a « balancé » : « le seul moyen de guérir, c'est l'interruption de la grossesse ». À 26SA, j'ai été hospitalisée suite à ma visite chez la gynéco car la tension était mauvaise. Après examens, on a constaté un RCIU et une perturbation des enzymes du foie. J'ai été transférée en service de GHR dans un hôpital de niveau 3. Les journées étaient en dents de scie : un moment tout allait bien, et après on débarquait en trombe dans ma chambre pour me dire qu'on allait peut être m'accoucher en urgence car le cœur de bébé avait des ralentissements. Des pensées que je regrette tellement m'ont traversé la tête : « Mais qu'est-ce qu'on a fait ? On était bien tous les 2 » et aussi « Sortez-le de là ». Cela me fait tellement de peine d'avoir pensé cela alors que mon fils est la plus belle chose qui me soit arrivée.

Après 1 semaine et demi d'hospitalisation, je suis rentrée à la maison avec surveillance par une sage-femme. Je ne remercierai jamais assez ma SF, cette bonne étoile, elle ne saurait même pas expliquer pourquoi mais elle m'a envoyée aux urgences. Arrivée sur place avec 17/9 de tension, tout s'est enchaîné rapidement : sous monito (j'avais demandé à ce qu'on coupe le son car j'étais stressée d'entendre les pertes de signal ou les baisses cardiaques), les SF ont débarqué en trombe pour une pose de cathéter et m'ont conduite au bloc sans explications. Je suis tombée sur une infirmière que j'avais rencontrée durant mon hospitalisation qui m'a expliqué : « On va essayer de sauver votre bébé. » Soan est né sous anesthésie générale pour moi 20mn plus tard suite à une prééclampsie sévère et un syndrome de hellp. Son système digestif avait arrêté de fonctionner, et si je n'avais pas été prise en charge, il aurait été de même pour le reste de ses organes. J'ai ressenti tellement de culpabilité de ne pas avoir pu offrir à mon fils toutes les chances de s'en sortir dans la vie. Mon corps l'avait rejeté mais pourquoi ? C'est tellement difficile à accepter.

Aujourd'hui je suis enceinte de 10SA, et j'ai tellement peur. Il est impossible pour moi de vivre cette grossesse sereinement. J'ai peur, j'ai peur que mon fils perde sa maman, j'ai peur d'être séparée de lui, j'ai peur de revivre le même parcours ou qu'il soit pire... »

#laPreeclampsieParlonsEn

#preeclampsie #hellpsyndrome #prema #bebepremature #neonat #maman #bebepoidsplume #accouchementenurgence #cesariennedurgence #cesarienne #superbebe #monpostpartum #mamanwarrior #mamanetbebe #grossessearisque #complicationsgrossesse #grossessecompliquée #proteinurie #hypertensiongrossesse #deuilperinatal #traumatisme #accouchementtraumatisant #grossessesante #temoignage #histoirevraie #truestory #reallife #vraievie #premature


© 2018 Grossesse Santé contre la pré-éclampsie