Une autre grossesse après une pré-éclampsie :  les risques de récidive

Si vous avez été touchée par une pré-éclampsie, vous avez plus de risques d’en refaire une lors de vos prochaines grossesses. Parlez de votre désir d’enfant à votre gynécologue-obstétricien, idéalement avant de débuter une nouvelle grossesse. Si vous avez eu une pré-éclampsie sévère (syndrome HELLP, éclampsie, complications rénales), il est recommandé de faire une visite pré-conceptionnelle dans un hôpital adapté au suivi des grossesses à risques (maternité de type 2 minimum).

Votre médecin doit évaluer et informer des risques en cas d’une nouvelle grossesse, pour la maman (récidive d’hypertension artérielle, de pré-éclampsie, et de ses complications plus graves) et pour le bébé (risque de retard de croissance in utero, prématurité).

Il vous fera faire les examens nécessaires pour voir comment envisager une nouvelle grossesse, et adaptera le suivi médical de cette grossesse en conséquence. Il pourra demander un suivi particulier par un médecin néphrologue ou cardiologue en fonction de vos antécédents et de votre bilan de santé.

IMPORTANT EN CAS DE NOUVELLE GROSSESSE : Il est possible que - uniquement si vous avez des antécédents de pré-éclampsie - votre médecin vous prescrive de l’aspirine à faible dose (75-160 mg / jour) à débuter avant 12SA, à prendre avant le coucher, car il a été prouvé que cela permet de réduire le taux de récidive de pré-éclampsie avant terme de manière très significative. Ce traitement est uniquement sur prescription médicale, donc parlez-en avec votre médecin. Si vous avez ce traitement, ne l’oubliez pas, et prenez le bien quotidiennement avant le coucher.